Moi chrétienne, je découvre le ramadan !

jeunes filles musulmanesCrédit photo : Ebrahim via Pixabay

Je suis chrétienne catholique et j’ai une connaissance assez vague du ramadan. Pourtant, autour de moi, on en parle beaucoup en ce moment… Il est vrai que l’on peut apprendre pas mal de choses sur le ramadan en lisant certains articles passionnants ici et . Mais j’avais envie de l’apprendre par moi-même. Curieuse mais aussi réaliste, je ne pouvais pas m’incruster comme ça dans une mosquée, au risque de m’attirer la colère d’Allah. Que faire ? Je ne connais pas beaucoup de musulmans, et je ne sais pas trop comment aborder le sujet avec eux sans passer pour une voyeuse. Finalement, une amie musulmane, Sabriya, a gentiment accepté de m’aider. Alors, si comme moi vous pensez que ramadan rime uniquement avec jeûne, Sabriya, 16 ans, m’a convaincue que c’est bien plus que cela et que chacun peut vivre le ramadan à sa manière ! 

Ramadan, période de jeûne et de privation

Le ramadan est une période très importante pour les pratiquants musulmans. Un mois pendant lequel ils se privent de nourriture, de boisson et autres plaisirs corporels de l’aube jusqu’au crépuscule.  Quatrième pilier de l’Islam, le ramadan marque le neuvième mois du calendrier musulman lunaire.

En temps normal, le jeûne du ramadan est obligatoire à partir de l’âge de puberté, ou parfois un peu plus tôt. Mais quand j’ai appris que Sabriya a commencé le jeûne à l’âge de 3 ans,  je ne pouvais tout simplement pas la croire. « J’ai commencé à trois ans, mais c’est pas pour tout le monde hein… à cette époque j’avais fait juste cinq jours de jeûne ». Tu parles, c’est clair que ce n’est pas pour tout le monde ! Elle a vraiment commencé très tôt son jeûne.

Visiblement, le fait de commencer très tôt a eu un effet positif sur Sabriya : « quand j’ai commencé à vraiment jeûner tout le mois de ramadan, ça s’est bien passé parce que j’étais déjà habituée. Au fil du temps, année après année, j’augmentais le nombre de jour de jeûne.» C’est sûrement la bonne technique.

J’étais aussi curieuse de savoir si elle allait au lycée pendant cette période. Je pensais que pendant le ramadan, les musulmans passaient leurs journées dans les mosquées pour prier. Et bien non, Sabriya se rend bien à son lycée, ici à Antananarivo.

Je lui demande ce qu’elle fait pendant que ses copines mangent, par exemple pendant les heures du déjeuner ou du goûter. Sa réponse me surprend encore une fois : « Sois je me mets dans un coin avec mon portable, je ne reste pas avec eux . Soit je suis avec eux, on discute, ça ne me dérange pas vraiment en fait ». Vaine tentative de ma part pour coincer Sabriya, mais elle est clean ! 🙂

Je la relance encore avec une autre question plus subtile, pour lui faire avouer, ne serait-ce qu’un tout petit bout de « pêché » (ça ne lui est jamais arrivé de craquer, même pas une petite gorgée d’eau ? ). Mais rien n’y fait, Sabriya ne cède pas : « ha ha ha, quand j’étais petite oui, mais là non ». J’abandonne!

 

Le Ramadan, une occasion pour se purifier moralement

Quand je lui demande de me donner sa propre définition du ramadan, sa réponse, si sincère et si complète, me fait méditer sur le degré de ma foi quand j’avais son âge : « Pour moi le ramadan est un mois béni pendant lequel les musulmans se dévouent à Dieu et lui consacre un maximum de leur temps. C’est un mois béni sachant que les récompenses sont multipliées, les pêchés pardonnés et la porte de l’enfer et du diable fermée. Le ramadan, c’est aussi une période de l’année où tu compatis pour les plus démunis? car tu vois ce qu’ils éprouvent au quotidien quand tu jeûnes. Et surtout, tu te sacrifies, tu t’abstiens au maximum de tes désirs (écouter de la musique, avoir des rapports sexuels, rester calme et ne pas s’énerver,…), cette période est aussi faite pour t’enrichir dans la connaissance de ta religion et pour augmenter ta foi. C’est une belle période, car chaque musulman fait un effort pour être « bon musulman ». C’est aussi une période où les familles musulmanes se rapprochent, chaque soir pour casser le jeûne autour d’un repas ou lors de la fête après le ramadan ».

Pour Sabriya, le ramadan est synonyme de paix et de réconciliation, donc pas question de s’énerver ou de s’emporter facilement. C’est vrai que parfois, avec le jeune et la privation, certains adultes deviennent irritables. Sabriya elle, profite surtout de cette occasion pour demander pardon ou pardonner à ceux qui ont eu des embrouilles avec elle. Elle m’explique avec ses propres mots : « Si une personne m’a mise dans la m**de, genre avec qui j’ai eu des histoires, si la personne reconnaît ses erreurs et vient me demander pardon, je lui pardonne. Même si on ne devient pas super potes après. » C’est clair!

 

Comment manger pendant le Ramadan ?

Pour ce qui est de l’alimentation, le repas de l’aube (qu’on appelle « suhûr ») se prend à 4h du matin, avant le lever du jour. Le soir, au coucher du soleil, le muezzin annonce la rupture du jeûne par une prière. C’est l’heure de se régaler. La famille ne mange pas forcément un festin comme on peut l’imaginer après toute une journée sans rien avaler. Chez Sabriya, certes, ils se font de bons plats comme du riz et du poulet mais dégustent aussi des snacks, des douceurs sucrés, du thé… « Mais pour rompre le jeûne, on prend une datte, ou bien de l’eau » me révèle la jeune fille. C’est ainsi qu’aurait  procédé le prophète Mahomet pour rompre son jeûne.

dattes et thé pendant le ramadan

Des dattes et de l’eau pour rompre le jeûne. Crédit photo : Serdar_A via Pixabay

Le ramadan, mois de la charité

Pendant le ramadan, la générosité est à l’honneur. Les dons pour les plus démunis sont en effet obligatoires pour toute personne majeure. Sabryia m’explique le concept : « Si le père de famille a cinq membres dans son foyer, il doit donner le prix des cinq à un musulman dans le besoin à la mosquée,  avant la prière de l’Aïd. Et chaque année, ils fixent un prix minimum, on appelle ça le Fitra. Pour cette année, cette somme est fixée à 7000 Ariary par personne. ». En effet, la coutume veut que les fidèles s’acquittent de l’aumône de la rupture du jeûne pendant l’Aïd-el Fitr*.  Cependant, donner de l’argent liquide n’est pas obligatoire, il est possible d’offrir l’équivalence en nourriture ou en vêtements par exemple. Selon ses moyens, chaque famille est libre de faire d’autres dons pour venir en aide aux plus démunis, musulmans ou pas.

La fin du ramadan est marquée par la fête de l’Aïd el-Fitr. J’apprends que les hommes se rendent  à la mosquée en début de matinée pour faire la prière. A leur retour, les réjouissances peuvent commencer à la maison : parés de leur plus beaux habits, tous les membres de la famille se réunissent pour manger ensemble à midi. On se présente les vœux de l’Aïd car c’est un jour sacré. Et puis on s’échange des pâtisseries entre voisins ou entre amis de la communauté.

 

Renouveler nos vœux et nos rêves

Pour terminer, je demande à Sabriya si elle a un souhait en particulier qu’elle voudrait voir se réaliser pour ce mois du Ramadan. Elle ne répond pas tout de suite à cette dernière question, elle préfère bien y réfléchir … et me donne sa réponse le soir après avoir mangé un délicieux riz au poulet!

Une fois rassasiée, c’est avec grande habileté qu’elle casse les stéréotypes qu’on peut avoir sur le jeûne : « Donc voilà, je souhaiterais que l’idée de souffrance ou de difficulté soit enlevée de la tête, parce que le ramadan, ce n’est pas uniquement se priver de manger ou de boire, et donc galérer… C’est avant tout une opportunité, une chance que Dieu nous offre pour nous repentir. C’est un moment qui nous permet de continuer sur la bonne voie. J’espère que, par la bénédiction du ramadan, et par la Grâce de Dieu, une bouffée de bonheur soufflera dans tous les foyers. »

Musulman(e) ou pas, je pense que c’est une occasion pour tout croyant de renouveler sa foi envers Dieu. Pour moi, c’est aussi une occasion pour renouveler mes rêves. Après tout, même nos rêves les plus fous peuvent se réaliser…Inch’Allah!

Allez, joyeux ramadan à tous !

Fenosoa Sergia

 

*Aïd el-Fitr : fête qui marque la fin de la période de jeune d’un mois lunaire.

12 Commentaires

  1. Bonsoir! Enfin une catholique (moi aussi j’en suis une) qui en parle. Merci beaucoup. Depuis le temps que le sujet attire ma curiosité. Ton texte est très intéressant! ^_^ Bravo!

    1. Bonjour Ravaka! Merci, et contente de savoir que ça te plaît, oui moi-même je n’y connaissait rien, c’est en écrivant ce billet que j’ai tout découvert. Merci d’être passée. 🙂

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *