Mon avis sur le documentaire « Madagascar, une île en marche »

© Capture d'écran TV5 Monde

« Enfin ! ». C’est le premier mot qui m’est sorti de la bouche quand j’ai visualisé le nouveau documentaire de Laurent Ramamonjiarisoa intitulé « Madagascar, une île en marche ». Si vous ne l’avez pas encore vu, vous faites une grosse erreur…je vous explique pourquoi.

Cette semaine, lors de mes habituelles pérégrinations sur le web, je suis tombée sur un tout nouveau documentaire qui parle de Madagascar, diffusé ce mois de juillet sur TV5 Monde…Mouai, un de plus, me disais-je dans ma tête. Quand on tombe comme ça sur le titre, rien d’emballant à priori. Enfin si, un peu…pour moi en tout cas. Me sentant poussée par une force extérieure (l’ennui ?) j’ai quand même décidé de le visionner, comme ça, pour le fun…

Et puis finalement j’ai eu un vrai coup de foudre. J’ai juste trouvé LE film parfait qui défend les mêmes valeurs que j’essaye de partager à travers ce blog.

Je vous explique un peu en quoi cette vidéo est assez spéciale. Des documentaires sur Madagascar, ça court tellement les rues, et on a même quelques clichés :

  • ceux qui parlent de l’île classée parmi les pays les plus pauvres du monde,
  • ceux qui parlent de la chasse aux « dahalo » (1) , de la déforestation, de la famine et de la sécheresse qui sévissent dans le Sud,
  • ceux qui parlent de la saga politique malgache et de la corruption qui pourrit les institutions du pays jusqu’à la moelle,

Mais aussi de choses plus positives comme les espèces endémiques à Madagascar, ou encore nos rites et cultures,…pour ne citer que ceux-là. Mais ce documentaire, principalement tourné en mois de novembre 2016, lors du XVIème sommet de la francophonie à Antananarivo, montre une toute autre image de la Grande Île, celle qu’on n’a pas l’habitude de voir, et j’aime ça !…

Je vous explique en gros le synopsis à ma manière : alors, à Madagascar, nous avons une conjoncture économique, politique et sociale difficile. Mais une nouvelle génération de leaders a réussi tant bien que mal à émerger, à contre-courant de cette pauvreté qui nous colle à la peau. Une nouvelle génération qui – grâce à des initiatives bien concrètes – s’insurge contre cette pauvreté qui est trop souvent considérée comme une fatalité pour nous les malgaches.

Le réalisateur du documentaire essaye en effet de mettre en avant toutes ces énergies positives qui doivent être encouragées à Madagascar, de « diffuser une image nouvelle et différente de la Grande île, celle qu’on ne voit pas forcément sur les documentaires habituels »…Ce n’est pas évident à expliquer, il faut regarder le film pour le comprendre. 😉

Ci-dessous, je vous donne un petit aperçu du documentaire grâce à des captures d’écran. J’ai essayé de trouver un juste équilibre entre vous faire baver, tout en évitant un spoiler.

« Etre pauvre c’est un fait temporaire,…ce n’est pas une chose qui sera là de façon définitive (…) On pense que la pauvreté c’est juste un passage mais que là on va dans le bon sens avec toute cette énergie qui est en train de se mobiliser (…) nous on reste confiants que tout est encore possible. » dixit cette co-fondatrice de l’ONG Youth First.

 

 

Le projet Coder Bus qui relève un immense défi du numérique à Madagascar. Le grand bus sillonne les villes et villages reculés pour initier des jeunes de 7 à 17 ans à la programmation informatique.

 

Les jeunes filles de Youth First qui ont inventé « Vegeballs ». Mais c’est quoi Vegeballs ? La réponse dans le documentaire !

 

Matthieu Rabehaja (ici à gauche), un des créateurs du jeu de course 100% malgache GAZKAR, rencontrant l’entrepreneur français Xavier Niel à Paris. Le jeu GAZKAR a déjà été téléchargé plus de 10 000 fois !

 

Najaina, jeune chef d’entreprise, dirige un atelier de confection de sacs malgaches haut de gamme. Son activité connaît un véritable succès, on vous raconte ça dans le film!

 

La chanteuse malgache Deenyz (Denise), qui a remporté la première édition du prestigieux concours Island Africa Talent.  C’est elle qui nous sert un peu de « guide » dans le documentaire.

Bref… si vous ne l’avez pas encore vu, je vous recommande vraiment de le visionner en intégralité (ici). Il dure 52 minutes. Un documentaire passionnant avec en vedette les jeunes entrepreneurs et artistes qui font bouger les lignes à Madagascar.

Et puis je trouve que c’est un joli pied de nez à ceux qui ont perdu tout espoir ou qui hésitent à sortir du lot sous prétexte que ça ne changera pas les choses…

—————————————-

(1) dahalo : bandits, brigands, voleurs

 

12 Commentaires

  1. Salut! ton article a piqué ma curiosité. Je voudrais voir le film mais en cliquant sur les lien je n’ai rien trouvé. En tout cas le message est clair! Continue à partager tes valeurs!

  2. Bonjour, est-il possible de revoir le documentaire, on dirait très interéssant, et que ca change des éternels reportages sur les lémuriens ou Nosybe et ses danses! merci pour tes blogs

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *