Ooohhh…de nouveaux billets de monopoly à Madagascar!

Photo: BCM

Voilà maintenant une semaine que les nouveaux billets d’Ariary (la devise malgache) circulent  à Madagascar. Comme on pouvait s’y attendre, les réactions des Malgaches pleuvent sur les réseaux sociaux. Je dirais que les internautes sont partagés entre ceux qui trouvent l’initiative « normale » et nécessaire, ceux qui critiquent le design jugé de mauvais goût, et ceux qui sont tout simplement dégoûtés. Petit tour de piste des réactions les plus insolites. 🙂

Cette année, contrairement à la sortie des nouveaux billets en 2003 et 2004, un outil de taille a fait la différence : les réseaux sociaux. Comme beaucoup de Malgaches,  j’ai été le témoin toute la semaine d’un tsunami de selfies et de statuts avec les nouveaux billets sur mon fil d’actualité.

Publié par Laurenat LaGyal Magnific sur mardi 18 juillet 2017

Un exemple de selfie vu sur Facebook avec le nouveau billet de 10 000 Ariary.

 

Comprenez : « Le premier nouveau billet qui tombe entre mes mains, je le plastifie. hahaha »

Le débat qui fait rage : moche ou pas moche ?

Les discussions tournent généralement autour d’un aspect existentiel du billet :…le visuel. Les Malgaches sur Facebook et Twitter ont su démontrer à quel point leur goût est nettement plus raffiné par rapport à celui du méchant qui a osé « profaner » leur monnaie.

 

Comprenez : « Les nouveaux billets sont sortis, aucun charme. »

Et ont les traite de tous les noms : de « billets de monopoly » à « étiquettes de glace de vanille, fraise, pistache » , en passant par « tickets de tombola », «  copiés-collés des devises coréennes », « monnaies de dessin animé », ou encore « emballages de biscuit » …

D’ailleurs en parlant d’emballage de biscuit, je suis tombée sur ce joli montage:

Vu sur les réseaux sociaux. Le biscuit BFM (Banky Foiben’i Madagasikara), en référence à la Banque Centrale de Madagascar.

 

C’était mieux avant ?

Dans ce genre de situation, on a toujours les plus nostalgiques, adeptes du « c’était mieux avant ». « A notre époque, les billets de banque reflétaient bien les valeurs traditionnelles et les richesses malgaches. » peut-on lire dans ce commentaire sur Facebook. Alloooons m’sieur, faut pas non plus exagérer.

Pour se remonter le moral, on peut croire partiellement qu’il s’agit bien d’une initiative pour se conformer aux normes de sécurité en matière de billets de banque, d’autant plus que la gamme actuelle a pris un coup de vieux avec ses 13 ans au compteur. Il semblerait qu’il faille la renouveler tous les 1O ans. Bref…moi personnellement, le design ne me pose pas de problème. Je veux dire c’est un détail accessoire par rapport au billet en lui-même.

 

Comprenez : « Je ne vois pas où est le problème. Même si les nouveaux billets sont moches, ils sont faits pour être dépensés, et non pour faire joli, donnez-les moi si vous n’aimez pas 😂

Le nouveau billet « non grata » : le 20 000 Ariary

Le 20 000 Ariary (l’équivalent de 6 € environ) a réussi à créer une véritable polémique bien avant sa sortie. Contrairement aux autres billets à qui on a juste donné un nouveau look, celui-ci est vraiment une pure nouveauté. A en croire la Banque Centrale de Madagascar, sa diffusion répond à un « besoin de l’économie ». Les Malgaches voient déjà l’inflation et la diminution de leur pouvoir d’achat se profiler à l’horizon.

Alors c’est quoi le problème au juste ? Ici à Madagascar, on utilise principalement le bus pour se déplacer au quotidien, avec un ticket à 400 Ariary.  Et c’est justement là le hic : déjà qu’avec un billet de 5000 Ariary, on galère pour trouver le majinika*, imaginons ce que ce sera avec un billet de 20 000 Ariary. Même si certaines analyses très poussées démontrent que le problème n’est pas vraiment la grosse coupure.

Vu sur les réseaux sociaux. Dans ce bus, on peut lire : « Nous n’acceptons pas la coupure de 20 000 Ariary. Merci ».

D’ailleurs, c’est aussi valable lorsqu’on va se ravitailler auprès des épiceries du coin. La majorité des familles malgaches achètent ses provisions au jour le jour, et donc en très petite quantité, voire juste le nécessaire (du charbon à 500 Ariary,  des kitay à 200 Ariary…). Avec la grosse bébête de 20 000 Ariary, il y a de quoi rire. On dit que cette coupure est uniquement réservée aux grandes transactions et donc ne sera pas utilisée dans les « petits » achats quotidiens. Mais là, après tout juste une semaine de la sortie des nouveaux billets, je trouve que c’est loin d’être respecté.

Vu sur les réseaux sociaux. « Je voudrais des tomates  de 200 Ariary s’il vous plaît »,  » Tenez votre monnaie m’sieur ».

Théorie du complot ?

Et la psychose s’installe. Certains y voient une manœuvre à des fins de blanchiment d’argent, ou de « magouille » politique à l’approche des élections présidentielles de 2018. Il y a aussi ceux qui pensent (à tort ?) que la couleur bleue du 20 000 Ariary fait référence à la couleur du parti au pouvoir HVM. Et d’autres qui vont jusqu’à réclamer un référendum national avant de continuer à mettre ces nouveaux billets en circulation.

Je ne porte aucun jugement aux réactions de mes compatriotes. Je trouve juste qu’elles sont assez typiques du Malgache lambda sur les réseaux sociaux. Toujours prêt à déverser sa bile sur qui veut bien l’entendre. 😉 Soit, nous sommes ainsi. Peut-être qu’au fond, nous voulons simplement faire entendre notre voix sur des décisions qui nous concernent,…tout en sachant que nos dirigeants ne nous écoutent jamais.

Pour ma part, je trouve qu’il est un peu trop tard pour faire une quelconque protestation, étant donné que les billets sont déjà sortis. Comme toujours, nous finirons bien par nous en accommoder…malgré nous.

 

*kitay : petits morceaux de bois utilisés pour allumer le feu

*majinika : monnaie

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *