J’ai appris à coder, voici ce que j’en pense

apprendre à codercc : Stocksnap via Pixabay

Pip, variable, path, boucles, git , indentation, coloration syntaxique, balises de template, SQLite… Voilà des mots vides de sens pour moi mais qui ont rythmé ma journée du 12 novembre 2017, lors de l’atelier Django Girls Antananarivo. Comme je vous en avais parlé dans mon précédent billet, j’ai pu assister à un atelier d’initiation à la programmation qui a pour but d’inciter plus de femmes à se lancer dans les TICs.

Pour faire court, programmer c’est créer une suite d’instructions données à l’ordinateur pour qu’il puisse le lire et l’appliquer. Pendant l’atelier, nous avons travaillé sur le framework web Django qui est écrit en Python. Encadrées par des coachs passionnés, les participantes ont suivi un tutoriel bien élaboré, le tout dans une ambiance agréable et détendue. 🙂

Entre excitation et angoisse

C’est la toute première fois que je touche à des lignes de code et vous n’imaginez pas les sentiments qui peuvent se bousculer dans mon esprit de profane : tantôt de l’excitation, tantôt de l’angoisse, de la jubilation, du dégoût, du plaisir… Bref, tout y passe !

Le plus dur a été de m’habituer à la petite « fenêtre noire » qui peut paraître terrifiante au début (parce qu’on ne comprend pas grand-chose à ce qui y est écrit). Mais au fil de l’apprentissage, on finit par s’y habituer et elle fait moins sa maligne, la fenêtre.

lignes de code

Exemple de « fenêtre noire » avec des lignes de code. Crédit photo: Fenosoa Sergia

D’abord, il y a pas mal de « bidules » qu’il faut installer sur le PC avant de pouvoir commencer. Après moult manipulations, j’ai enfin pu écrire mes premières lignes de codes. Et c’est l’extase totale! Je m’entends pousser des « oohhh ! » et des « wouahhh ! », tant ce qui se passe sur mon écran me fascine.

J’ai surtout découvert la joie de pénétrer dans les tripes de mon ordinateur et de m’aventurer dans les voies impénétrables du web. D’ailleurs, c’est fou le nombre de choses qui peut se produire derrière cette page web qui s’affiche sur votre écran.

En milieu de journée, quelques complications et blocages surviennent, mais le feeling reprend immédiatement le dessus. Après quelques sueurs froides, je dois avouer que c’est très gratifiant de voir l’ébauche de l’application web que j’ai créée s’afficher sur l’écran. Certes, ce n’est pas très joli à voir mais c’est déjà pas mal pour une première fois.

Logique mathématique

Qu’on se le dise, la programmation informatique peut être fun et accessible à tout le monde… mais à condition de maîtriser une certaine base en mathématiques. Etant plus littéraire que scientifique, je ne raisonne pas vraiment avec cette logique, c’est très dommage car je mets plus de temps à assimiler des choses basiques (comme les fonctions par exemple). Comme je regrette d’avoir fui les maths pendant tout le collège et le lycée !

Même si, en principe, les participantes sont toutes des « débutantes », le niveau est loin d’être homogène. Le tutoriel Django guide les codeuses dans les grandes lignes, mais avec un peu de curiosité et de créativité, certaines peuvent parvenir rapidement à bidouiller des codes de manière autonome.

Que faut-il retenir ?

C’est un peu compliqué au début mais ce n’est absolument pas impossible. Si vous savez prendre les choses du bon côté, c’est même un exercice stimulant et amusant pour le cerveau. J’encourage les plus réticents à se lancer parce qu’il y a de nombreux intérêts à apprendre à coder.

En voyant toutes ces jeunes filles passionnées s’atteler à la tâche, je me dis que, finalement, il reste un espoir pour Madagascar. Grâce à des initiatives de ce genre, plus de femmes oseront se lancer dans les nouvelles technologies, tout en sachant que le secteur TIC est plus que jamais porteur de développement.

« Je suis fascinée par la programmation depuis un bon bout de temps, mais je n’ai jamais osé toucher à des lignes de code avant aujourd’hui. Maintenant, j’ai davantage confiance en moi et je pense pouvoir continuer en autodidacte. De plus, j’aimerais orienter ma future carrière vers les technologies, la programmation est donc un point à ne pas négliger » déclare l’une des participantes. Visiblement, le message est bien passé.

Ce fut un moment riche en échange et en partage et donc en rencontres ! D’ailleurs, je profite de ce billet pour faire un petit clin d’œil aux membres de l’équipe « Dorothy Vaughan », avec qui j’ai travaillé pendant tout l’atelier.

Je termine ces lignes sur cette jolie photo de groupe, prise juste après l’événement. Les cerveaux sont un peu fatigués mais ça en valait vraiment la peine.
Yay! Souriez les filles! 🙂

django girls antananarivo

Les participantes à l’atelier. Crédit photo : Tahina Rakotomalala

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *